Alexandre Guirkinger, REVUE N°3